Fin des travaux de construction du pont sur la rivière Zalya dans le village Mitobo3

22 août 2017

Une femme de Mitobo-Mawe revenant des champs

La population de Mitobo3 (Mawe) en Chefferie des Wamuzimu vit de l’agriculture de subsistance. Le village est situé sur la route national n°2 cependant l’espace d’exploitation des champs agricoles se trouve de l’autre côté la rive de la rivière Zalya à près d’un kilomètre du village. La rivière, large de 60 mètres, se trouve dans une vallée. La traversée se faisait grâce un pont construit avec des lianes tirées de la forêt. La végétation au tour de la rivière est composée des herbes sauvages et des arbustes. Il n’existe pas de gros arbres de deux côtés de la rives. Ce qui fait que le pont en lianes traditionnels était construit sur des supports en bois plantés dans le sol de deux côtés de la rivière et sur lesquels sont attachées des lianes qui traversent la rivière. Sur le lit du pont sont longés des sticks d’arbres et des bambous liés par des lianes. La durée de vie de vie ce genre de pont est éphémère car avec le passage régulier des personnes et de leurs récoltes des champs, associé aux inondations de la rivière en période de crue (8 à 9 mois de saison des pluies sur l’année) affectent la solidité de l’ouvrage. Pour la petite triste histoire, deux femmes de Mitobo3, paniers des maniocs au dos, de retour aux champs, n’ont pas pu atteindre l’autre rive de la rivière Zalya. Elles ont trouvé le pont sous les eaux suite à une pluie qui s’était abattue aux environs de 15heures ; le pont était submergé sous les eaux. N’ayant pas d’autres solutions, elles ont tenté de traverser sur le pont sous eaux Elles ont été emportées dans le torrent et ont ainsi perdu leurs vies. Une d’elles était enceinte. C’est cet incident qui a poussé le chef de localité de ce village de téléphoner aux membres de CODEWA asbl pour solliciter une aide de construction d’un pont semi-moderne constituant l’expertise reconnue à CODEWA, engagé dans le désenclavement de la chefferie des Wamuzimu.

CODEWA a ainsi fait recours à son partenaire belge SILO, dont les membres ont été sensibles à un tel incident. C’est grâce à la contribution financière de cette association que 6 rouleaux de câbles métalliques, des serres-câbles et clous ont été acquis et acheminés au site de chantier en février 2017. Quatre mois plus tard, les travaux ont pris fin. Ainsi les hommes et les femmes de ce village peuvent traverser tranquillement et sereinement la rivière Zalya pour aller aux champs et revenir au village sans aucune inquiétude. Signalons toutefois que, le pont se trouvant dans la vallée, le nouveau pont sera toujours atteint par le niveau d’eau en période de crue. Cependant, le pont est plus solide et résistera mieux à la pression du torrent.

La contribution de SILO a été  de 2.125 dollars américains dont 1.625$ ont été utilisés pour les travaux. Les 500$ restant ont été affectés au renouvellement du site web de CODEWA (construit en 2008) qui était déjà fermé suite à l’évolution de la technologie en la matière. Quelques membres de CODEWA dont Ir Flavien Makindu, Pr Zaba, Mr Mukupi Bahati, Jérôme Fazili ont apporté des aides financières complémentaires pour ces travaux. CODEWA et la communauté de Mitobo ont financé la production des planches, le transport des matériaux sur chantier, la main d’œuvre, la restauration des ouvriers.

Au nom de la communauté de Mitobo, CODEWA asbl remercie tous ces « entrepreneurs sociaux » qui ont donné une réponse au problème de développement communautaire de la population de Mitobo-Mawe !

 

3 réponses à Fin des travaux de construction du pont sur la rivière Zalya dans le village Mitobo3

  • Je ne peux que vous remercier de cet acte humanitaire chers responsables de CODEWA. je connaissais cet « Isanda » . Merci beaucoup. la fois prochaine il va falloir nous demander tous de contribuer pour ces genres de travaux. Que Dieu vous benisse

  • Cher Jean-Louis, nous prenons bonne note de votre volonté de contribuer au développement de notre chère chefferie. Nous sommes désireux de recevoir et diffuser des informations des Wamuzimu sur notre site de Codewa.

  • Jean-Louis, je n’ai pas vos coordonnées, svp. Adresse mail et numéro de téléphone. Voulez-vous bien me les communiquer ?

Laisser un commentaire